Le jeu d'aventure revient sur France 2 ce samedi soir. Derrière le masque de l'énigmatique père Fouras se cache un comédien. Yann Le Gac tient une place centrale dans l'émission.

Depuis 1991, le père Fouras, c’est vous. Le jeu a beaucoup évolué ?

Aujourd’hui, on est beaucoup plus dans le gag, c’est plus coloré même si c’est un jeu d’aventure qui joue sur les phobies. Le format a changé, l’émission s’est allongée. Depuis plusieurs années, le père Fouras a également un rôle plus central. Je ne suis plus cantonné à ma vigie.

Avant d’être le père Fouras, Yann Le Gac a été danseur dans la compagnie de Maurice Béjart.
Avant d’être le père Fouras, Yann Le Gac a été danseur dans la compagnie de Maurice Béjart. | ALP

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce rôle ?

C’est un personnage positif, sympathique qui touche plusieurs générations, les enfants d’aujourd’hui et ceux qui l’étaient il y a dix ou vingt ans. Je me réjouis d’entendre des enfants essayer d’imiter sa voix.

Cette voix, c’est vous qui l’avez imaginé ?

La première année, le père Fouras était joué par un autre acteur, il le voyait uniquement comme un vieux monsieur. Quand je suis arrivé, la deuxième année, j’ai voulu lui ajouter un peu de folie. Et puis, bien sûr, j’ai travaillé ma voix. Je la modifie en me coinçant les cordes vocales et en chantonnant, c’est ce qui donne cette coloration particulière.

Vous portez aussi un masque ?

Oui, une sorte de cagoule et un postiche. Une maquilleuse s’occupe des retouches. Alors, j’ai l’impression que mon personnage s’anime tout seul.

Est-ce vous qui préparez les énigmes ?

Ce sont des auteurs qui les préparent. Je les adapte pour qu’elles collent avec le phrasé du père Fouras.

Vous ne vous lassez pas ?

Non, car c’est un travail épisodique. En tout, on enregistre dix émissions que l’on tourne en deux semaines et demie.

Et le reste de l’année ?

Je produis et je crée des jeux d’aventure, notamment pour Koh-Lanta depuis 2003 (c’est lui qui a imaginé la fameuse épreuve des poteaux). J’ai également conçu certains jeux de Fort Boyard. Ce qui m’amuse, c’est de m’inspirer d’éléments du quotidien pour créer des jeux.

Vous avez aussi été danseur ?

J’ai dansé pendant douze ans dans la compagnie de Maurice Béjart avant de me lancer comme comédien.

Pourquoi avoir cédé votre place de père Fouras en 2002 ?

Cette année-là, je travaillais de plus en plus sur la production artistique de Fort Boyard. C’était donc compliqué de concilier les deux activités au même moment. Mais des téléspectateurs se sont plaints. Je suis revenu dès l’année suivante!