Le maire de Dolus-d’Oléron (Charente-Maritime), débouté par la justice ce jeudi, est contraint d’accorder le permis de construire qu’il avait précédemment refusé à McDonald’s. Mais l’élu, toujours opposé au projet et soucieux des problèmes de circulation que le restaurant pourrait générer, envisage de faire appel.

Le tribunal administratif de Poitiers (Vienne) a invalidé ce jeudi la décision du maire de Dolus-d’Oléron (Charente-Maritime) qui avait refusé d’accorder un permis de construire à McDonald’s.

La chaîne de fast-foods pourrait donc bientôt implanter son premier restaurant sur l’île, après plusieurs conflits avec les élus locaux.

Un mois pour délivrer le permis

Ouvertement opposé à cette arrivée, le maire Grégory Gendre (LR) s’est également vu notifier un délai d’un mois pour accorder le permis, rapporte Sud Ouest. En cas de non-respect de cette obligation, la commune devra s’acquitter d’une amende de 300 euros par jour de retard.

Une décision de justice qui devrait pousser le maire à délivrer le document dans les temps. La commune estimait pourtant que les zones de stationnement et la voirie étaient inadaptées pour l’implantation d’un tel établissement ou encore que la surface de l’aire de jeu n’était pas conforme. Le tribunal n’a pas entendu ces arguments.

Le maire envisage de faire appel

Mais le maire de Dolus-d’Oléron n’en démord pas. Selon lui, les problèmes de circulation générés par le nouveau McDonald’s constituent une raison valable de solliciter à nouveau la justice. Grégory Gendre devrait donc poursuivre son combat contre le géant du hamburger.

Celui qui a occupé une fonction de cadre chez Greenpeace par le passé a en effet indiqué se laisser « le temps de la réflexion » avant d’éventuellement faire appel de cette décision de justice.

@Ouest-Francet