Michel Priouzeau ne partira pas. Tout comme, vraisemblablement, son adjointe à l’urbanisme.

Pour réagir à cet article, remplissez le champ ci-dessous. Vous pouvez également, consulter notre charte des commentaires.
Merci de nous décrire précisément ce qui vous paraît illégal dans ce message.
Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis.

Le mois d’août va peut-être permettre de faire retomber un peu la pression du côté de la mairie d’Arvert (lire « Sud Ouest » des 1er et 2 août). Alors que le maire, Michel Priouzeau, a été mis en minorité, lundi soir, en conseil municipal pour le vote des deux représentants de la commune à la Communauté d’agglomération Royan Atlantique (Cara), il a décidé hier de continuer à mener à bien les affaires de la commune.

Le maire désavoué ?

Rappelons que, lundi soir, neuf élus de sa majorité ont voté pour l’opposant Daniel Trotin, éliminant ainsi l’adjointe à l’urbanisme Marie-Christine Péraudeau, qui est partie de l’assemblée en proférant quelques noms d’oiseaux. Le duo qui représentera Arvert à la Cara sera donc composé de Michel Priouzeau et de Daniel Trotin. Ce qu’a du mal à digérer le maire qui, hier matin, a eu une explication de texte avec ses adjoints en bureau municipal.

« Je ne démissionnerai pas et je pense que mon adjointe non plus. Ce serait donner raison à ceux qui ont trahi », indique Michel Priouzeau, pour qui ce vote de mauvaise humeur était uniquement dirigé contre Marie-Christine Péraudeau. Ce qui n’est pas l’avis de son opposant Daniel Trotin. « Pour moi, c’est un vote de défiance qui n’était pas dirigé uniquement contre l’adjointe à l’urbanisme. C’est le travail du maire qui a été remis en cause. J’entends beaucoup d’élus de sa majorité me dire qu’ils ont l’impression de ne servir à rien. S’il a été mis en minorité, c’est parce qu’il y a un manque de communication », affirme-t-il tout en certifiant qu’il ne voue aucune « haine » à Michel Priouzeau.

Et si reproche a été fait à Marie-Christine Péraudeau de ne pas être assez disponible pour siéger à la Cara, lui fait remarquer qu’en quatre ans il n’a manqué que deux ou trois réunions. « Et les fois où je n’étais pas là, j’ai donné ma procuration à Michel Priouzeau… »

SUDOUEST.FR