VIDÉOS – Les Madrilènes de Zidane ont conquis leur douzième Ligue des Champions samedi à Cardiff aux dépens de la Juve (4–1). Cristiano Ronaldo a inscrit un doublé

Toujours plus galactique ! Le Real Madrid a conquis samedi soir, à Cardiff, la douzième Ligue des Champions de son histoire en battant la Juventus Turin (4–1) dans une finale enlevée et spectaculaire, notamment en première période, et qu’il a largement dominée ensuite. Il conserve son titre acquis l’an dernier, déjà avec Zinédine Zidane à sa tête. Depuis son arrivée sur le banc en janvier 2016, le Français a remporté deux C1 et une Liga…

Samedi soir, la Juventus a démarré fort, avec des transitions très rapides et un intense pressing. Étouffé, le Real a mis une dizaine de minutes à mettre le pied sur le ballon et s’en est remis à Navas pour empêcher Higuain (3e) et Pjanic (6e) d’ouvrir le score. Les hommes de Zidane ont frappé dès leur première opportunité : au bout d’un contre éclair, Ronaldo a repris du droit un centre de Carvajal et trompé Buffon d’une frappe croisée (1–0, 20e).

Une finale de Ligue des Champions entre les deux meilleures équipes d’Europe dans un stade fermé ne pouvait déboucher sur autre chose qu’un match d’une intensité rare dans une ambiance folle. Le contrat a été rempli. Mandzukic y a ajouté une note artistique en égalisant d’un ciseau dans la surface après une action magnifique (1–1, 27e). La Juve n’a ensuite plus lâché la maîtrise du match jusqu’à la pause. Un exemple de cette domination ? Buffon a attendu la 43e minute pour toucher son premier ballon, capté dans les airs…

Le Real a mis le pied sur l’accélérateur au retour des vestiaires et multiplié les offensives. Les Turinois, eux, ont eu les jambes coupées par la mi-temps et les efforts fournis en première période. L’affaire a alors été pliée trois minutes : la frappe lointaine de Casemiro a été détournée au ras du poteau par Khedira (2–1, 61e) puis Ronaldo a converti de près un centre de Modric (3–1, 64e). Son 105e but en Ligue des Champions, son douzième cette saison.

La Juventus n’a ensuite pas eu les moyens physiques ni techniques de refaire son retard. Elle ne s’est procurée qu’une seule occasion, une tête de Sandro qui a filé à droite du poteau (82e). Elle a même terminé le match à dix après l’expulsion de Cuadrado pour deux cartons récoltés en 18 minutes (84e). La victoire madrilène s’est, dans les arrêts de jeu, transformée en correction lorsque Asensio a aggravé la note (4–1, 90e).

En direct de la mairie