Ce samedi matin, avant le match du Stade Rochelais contre l’Union Bordeaux-Bègles, le club jaune et noir a ouvert les portes de son centre d’entraînement à l’occasion de son inauguration officielle.

Découvrez les applications Sud Ouest Depuis votre mobile ou tablette, ne manquez rien de l’actualité de la région.
Pour réagir à cet article, remplissez le champ ci-dessous. Vous pouvez également, consulter notre charte des commentaires.
Merci de nous décrire précisément ce qui vous paraît illégal dans ce message.
Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis.

4 000 mètres carrés de locaux. Un terrain synthétique couvert de 3 000 mètres carrés. Des salles de musculation rutilantes donnant sur le terrain. De larges vestiaires dont celui du groupe professionnel. Le nouveau centre d’entraînement du Stade Rochelais a très belle allure et a impressionné les dizaines d’invités du club, ce samedi matin sur la plaine des jeux Colette-Besson à La Rochelle.
 
Vincent Merling, le président du Stade Rochelais, a ainsi réalisé "un rêve"
Vincent Merling, le président du Stade Rochelais, a ainsi réalisé « un rêve »

Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet
Le « Centre de la performance » rochelais porte le nom de la mutuelle niortaise Apivia pour dix ans, selon la durée du contrat de « naming » signé entre le club et son partenaire. Même si Laure Flessel (ministre des sports) n’a finalement pas honoré l’invitation rochelaise – elle s’est contentée de réciter un message fédérateur sans saveur via une vidéo -, l’inauguration matinale a réuni de nombreux invités de marque parmi lesquels Alain Rousset, le président socialiste de la Nouvelle-Aquitaine.
 
Vincent Merling (le président rochelais) a parlé d’un « rêve que nous réalisons ». Au-delà de l’outil « fantastique » dont s’est doté le club, c’est la philosophie de son projet que Vincent Merling a mis en avant : « Ici, on fait valoir ces valeurs dites du rugby qui nous sont si chères et dont ailleurs on dit parfois qu’elles disparaissent. »

Une quête collective que Jean-François Fountaine, le maire rochelais, a salué par une comparaison grinçante avec le Racing : « Il y a peu, nous avons visité, avec Vincent Merling, les installations du Racing. Et Jacky Lorenzetti avait tendance à dire beaucoup  »je’’ :  »J’ai fait ceci, j’ai fait cela’’. A La Rochelle, Vincent, c’est l’inverse. Il met toujours le collectif en avant. Il ne dit pas  »je’’, il dit  »nous’’. »

Quant à Alain Rousset, à quelques minutes du coup d’envoi d’un derby régional (La Rochelle contre Bordeaux-Bègles), il n’a évidemment pas pris parti : « Comme disait Chaban : je vous aime tous. » Les Rochelais les plus chauvins auront tiqué sur cette citation d’un maire de… Bordeaux.

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet

Sud Ouest
Crédit photo : Jean-Christophe Sounalet