Pour réagir à cet article, remplissez le champ ci-dessous. Vous pouvez également, consulter notre charte des commentaires.
Merci de nous décrire précisément ce qui vous paraît illégal dans ce message.
Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis.

Dès la rentrée, la Communauté d’agglomération Royan Atlantique (Cara) ne comptera plus que 64 délégués, contre 73 actuellement. Lors de sa séance de lundi, le Conseil municipal alverton, qui perd un représentant, était donc appelé à désigner ses deux nouveaux délégués communautaires parmi les sortants, à savoir le maire, Michel Priouzeau, également vice-président à la Cara, sa première adjointe, Marie-Christine Péraudeau et le conseiller municipal d’opposition Daniel Trotin.

Ce dernier ayant souhaité poser sa candidature, une seconde liste a été constituée comportant un seul nom, le sien. Après un vote de listes à bulletin secret, les 21 votants ont attribué huit voix à la de liste Michel Priouzeau et Marie-Christine Péraudeau, tandis que celle de Daniel Trotin en obtenait 13.

Le maire « désavoué »

À l’annonce des résultats, Michel Priouzeau, le maire, en a d’emblée « tiré les conclusions ». « J’estime qu’au travers de ce vote, ce sont mes actions au sein de la commune qui ont été désavouées. Donc, cette réunion de conseil municipal est la dernière à laquelle j’aurai participé ! », a-t-il lâché.

Daniel Trotin, lui, s’est déclaré être le premier surpris par le résultat du vote. « J’étais sûr d’avoir au moins quatre voix, mais en aucun cas 13 ! » Tout en précisant que ce scrutin ne saurait remettre en cause le maire et en s’excusant auprès de Marie- Christine Péraudeau, de fait évincée. « Je tiens à rappeler qu’il s’agissait uniquement de voter pour des délégués communautaires et rien que cela ! », assurait l’élu d’opposition lundi soir.

En arrière-plan, c’est pourtant bien « une élue, Marie-Christine Péraudeau, qui, ce soir, était sanctionnée pour des absences répétées aux réunions de ladite assemblée communautaire », ont exprimé de vive voix plusieurs élus. Furieuse, la colistière du maire a quitté l’assemblée sur-le-champ, non sans avoir partagé virulemment son ressenti avec l’assemblée.

L’opposition pointée du doigt

L’heure était aux explications dans la salle. Une conseillère allant jusqu’à déplorer tout haut « le manque de franchise et de courage d’une majorité d’élus qui ont profité d’un bulletin secret pour exprimer lâchement ce qu’ils pensaient tout bas ».

À la décharge de sa première adjointe, Michel Priouzeau a tenté de rappeler le fonctionnement des commissions communautaires, tout en soupçonnant « les quatre membres de l’opposition d’être à l’origine de cette défiance à son égard », avant d’enchaîner les points suivants de l’ordre du jour, en l’absence de Marie-Christine Péraudeau. Il n’a pas été possible de joindre le maire hier, mais l’édile alverton semblait toujours dans cette même disposition d’esprit, prêt à démissionner.

SUDOUEST.FR