Arrivés au début du mois, les dix jeunes gens de l’Institut médico-éducatif (IME) ont commencé à prendre leurs marques dans ce lieu qui, il n’y a pas si longtemps, accueillait les personnes aveugles et malvoyantes.

Fabienne Denaux, chef de service, explique que « le projet du foyer thérapeutique de Saint-Augustin a été mené de concert avec l’ancien directeur afin de répondre à la sollicitation de l’unité pédopsychiatrique Laps’ado de Saintes. » Le constat avait été fait à l’IME Val Joyeux (antenne à Saintes du Manoir Emilie pour les 15 / 20 ans) qu’il y avait besoin d’un endroit plus « contenant, afin que les adolescents en grande souffrance psychique, puissent être reçus dans un lieu rassurant qui leur permette une pacification et une stabilisation des troubles à travers des ateliers en interne ».

Question d’espace

En 2008, l’IME de Saint-Augustin est né ; « 17 places réparties entre Saint-Aug’et Val Joyeux ». Cette complémentarité des deux sites autorise d’orienter les jeunes dans un sens comme dans l’autre en fonction de leurs besoins. Récemment, la vétusté des installations avait obligé l’IME à déménager provisoirement aux Mathes et depuis début avril au Moulin de Cassot. Pour les jeunes et les professionnels, c’est une véritable bouffée d’oxygène. Les chambres sont spacieuses et confortables, l’endroit agréable et lumineux. Tous envisagent désormais de futurs ateliers entre travail du bois et potager. Ici, chaque adolescent est différent et bien que le site a réservé de bonnes surprises, ce « lieu correspond à une nouvelle identité à recréer pour chacun ».

« Nous avons installé des pare-vues pour permettre aux jeunes d’avoir de l’intimité et limiter l’attrait de la nouveauté que représente ce nouveau voisinage », ajoute Fabienne Denaux. Après deux déménagements, ce sont des jeunes et des professionnels fatigués qui ont posé leurs valises dans ce lieu qu’ils appellent désormais le Moulin de Saint Aug’. Ils vont poursuivre ce travail essentiel à l’équilibre de ces jeunes, aux préoccupations parfois communes, comme le souligne le commentaire d’un jeune sur l’élection présidentielle : « Pour moi, ça change rien sauf s’ils augmentent les cigarettes… »

SUDOUEST.FR