Cette phase de tests a notamment pour objectif de :

  • s’assurer que le dispositif est efficace et simple d’utilisation pour les entreprises ;
  • faire fonctionner les échanges entre les collecteurs (entreprises, collectivités territoriales caisses de retraite, éditeurs de logiciels de paie par exemple.) et la DGFiP.

Les tests se poursuivront en 2018 pour que les entreprises et les éditeurs de logiciels de paie puissent être prêts au 1er janvier 2019.