D’un côté, un pêcheur plaisancier, seul sur son bateau. De l’autre, l’estivant qui aimerait s’adonner à ce loisir pendant ses vacances. Pour les mettre en relation, un site Internet.

Quelles espèces se pêchent sur les côtes de l’Atlantique, de la Manche et méditerranéenne ? Où pêcher le bar dans la baie du Mont Saint-Michel ou sur les îles Chausey ? Où trouver un pêcheur amateur qui relève ses casiers de homards ou d’araignées ?

Depuis janvier, les pêcheurs plaisanciers et estivants ont un site – le comptoirdespecheurs.com – qui leur livre ces informations et bons tuyaux.

Avec l’été, le site est devenu, comme le dit son fondateur, le Versaillais Loïc Morin, une sorte de « Blablacar de la pêche de plaisance. D’un côté, il n’existait rien pour informer l’estivant ou le pêcheur à pied. De l’autre, des pêcheurs plaisanciers sortaient en mer souvent seuls, certains seulement quatre jours par an. Nous favorisons le contact et les échanges et faisons gagner du temps au vacancier en Normandie ou en Bretagne ».

Retrouvez notre rubrique Pêche

300 000 connexions en août

Le succès et le nombre d’internautes qui visitent le site sont exponentiels, « avec deux millions de connexions en un an, et 300 000 en août, le plus gros mois ».

Tout a commencé il y a deux ans, lorsqu’un cousin de Loïc, en vacances à Hendaye dans le Pays basque, ne sait pas où s’adresser pour une partie de pêche en mer. « Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à créer, se souvient Loïc, président d‘une filiale d’importation de Peugeot et Citroën au Maroc. Ça nous a demandé beaucoup de travail pour recenser les espèces à pêcher, les bons spots, trouver des pêcheurs… »

Lire aussi : Transport. Pascal a lancé epouce.fr, un site de covoiturage rural

« Plus sûr à deux »

Il ne s’agit que de petits bateaux de plaisance qui sortent à moins de 15 milles nautiques des côtes, pour une pêche de loisir à la traîne, à la mitraillette, à la ligne ou au casier. Pas les pêcheurs professionnels sur leurs chalutiers. « 6 000 pêcheurs amateurs nous ont rejoints dans 1 000 villes et ports côtiers. Nous espérons le double d’ici la fin de l’année. »

Des pêcheurs comme Hubert, pharmacien installé depuis le début de l’année à Saint-Cast-le-Guildo (Côtes-d’Armor) qui a un petit bateau à moteur de 5,50 mètres. « La pêche est un hobby. Je ne vais jamais bien loin : cinq milles près des rochers. Je sors le week-end en hiver, trois à quatre fois par semaine l’été. C’est plus convivial de pêcher avec quelqu’un qui aime et pratique. On s’échange nos techniques de pêche. Je connaissais bien le casier, moins la pêche au bar ou à la dorade à la ligne. Et puis, c’est plus sûr de partir à deux. Relever les casiers en étant aux commandes près des rochers, seul, peut être risqué. »

Lire aussi : Start up. FishFriender développe le réseau social pour pêcheur

Le comptoir des pêcheurs indique aussi les horaires de marées, la houle, la pression atmosphérique, l’ensoleillement… notés de 1 à 10. Des informations sont aussi proposées pour la pêche à pied à la palourde, au bigorneau ou aux coques, et en eau douce, dans 35 000 communes.

Le modèle économique est la publicité sur le site. « C’est amical. Les sorties se font à l’amiable. Il faut être membre du club. Ce qui coûte la somme colossale de 2,99 € par mois », sourit Loïc Morin.