Le Stade Rochelais s’est incliné à la U Arena face au Racing 92, qui a fait le trou en première période mais s’est fait peur après le repos (19–12)

Découvrez les applications Sud Ouest Depuis votre mobile ou tablette, ne manquez rien de l’actualité de la région.
Pour réagir à cet article, remplissez le champ ci-dessous. Vous pouvez également, consulter notre charte des commentaires.
Merci de nous décrire précisément ce qui vous paraît illégal dans ce message.
Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis.

Le Stade Rochelais a essuyé sa première défaite de l’année 2018 à la U Arena de Nanterre, face au Racing 92, un adversaire qui en profite pour lui chiper la deuxième place du classement.

>> La fiche technique

Le Racing, équipe en forme du moment, a construit sa huitième victoire consécutive en championnat en première période. Dès l’entame de match, Teddy Thomas, visiblement pas perturbé par l’épisode d’Edimbourg et sa sanction financière, s’est trouvé tout proche d’aplatir en coin (6e). C’est finalement Yannick Nyanga qui a ouvert le score, à l’issue d’une action sanctionnant un en-avant de Murimurivalu (18e). Méconnaissables, les Rochelais ne se procuraient presque pas d’occasion et se montraient fébriles en défense. Juan Imhoff en profitait en convertissant une superbe passe volleyée de Dupichot (28e), avant que Pat Lambie ne file lui aussi dans l’en-but avant la pause (36e).

A un essai de l’exploit

Mais le Racing, meilleure défense du championnat, a levé le pied au retour des vestiaires et le Stade Rochelais, meilleure attaque, a fait valoir ses arguments. En force, Afa Amosa, bien épaulé par son pack a ouvert le compteur des Maritimes (48e). Les Franciliens se sont mis à douter, à l’image de Carter en échec au pied (57e). C’est alors que Patrick Jordaan, lancé au pied par Broke James, a relancé le suspense (73e), avant que James ne ramène les Rochelais à sept points sur la transformation.

La fin de match fut étouffante et les Rochelais ont bien cru pouvoir arracher le nul mais repartent finalement bredouille de la capitale. Voilà une cartouche de grillée avant les autres grands rendez-vous qui les attendent (Toulon, Pau, Clermont et Lyon, notamment).