Le manager de l’UBB Jacques Brunel va être officialisé à la tête du XV de France ce mercredi. Mais qui pour l’épauler ?

Découvrez les applications Sud Ouest Depuis votre mobile ou tablette, ne manquez rien de l’actualité de la région.
Pour réagir à cet article, remplissez le champ ci-dessous. Vous pouvez également, consulter notre charte des commentaires.
Merci de nous décrire précisément ce qui vous paraît illégal dans ce message.
Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis.

Le secret de Polichinelle va être levé : le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, va officialiser mercredi le remplacement au poste de sélectionneur du XV de France de Guy Novès par Jacques Brunel, qui pourrait être assisté de Fabien Galthié, Sébastien Bruno et Julien Bonnaire.

Novès, arrivé fin 2015 sous le prédécesseur de Laporte, Pierre Camou, s’apprête donc à être le premier sélectionneur limogé de l’histoire du XV de France, le résultat d’une terrible série de six défaites (dont cinq test-matches) et un nul historique face au Japon (23–23) en clôture des tests de novembre.

Ses adjoints Yannick Bru et Jean-Frédéric Dubois vont également faire leurs valises. Par qui seront-ils remplacés pour épauler Brunel, adjoint de Bernard Laporte lorsque ce dernier dirigeait le XV de France (2000–2007) ?

Brunel jusqu’à la Coupe du monde 2019 ?

Bien informé sur les affaires fédérales, Midi-Olympique a annoncé mardi après-midi que Franck Azéma (Clermont) et Patrice Collazo (La Rochelle), premiers choix de la Fédération, avaient décliné les postes respectifs d’entraîneur des arrières et des avants.

Patrice Collazo
Patrice Collazo

Crédit photo : AFP

Dès lors Laporte, qui devait s’entretenir mardi après-midi avec le président de la Ligue, Paul Goze, a jeté son dévolu sur Fabien Galthié (Toulon) pour les arrières, Sébastien Bruno (Lyon) pour la mêlée, et pour la touche Julien Bonnaire, ancien troisième ligne international retraité depuis cet été.

Les trois adjoints, toujours selon le bi-hebdomadaire, devraient également être officialisés mercredi. Mais si Brunel sera intronisé jusqu’à la Coupe du monde 2019 au Japon (20 septembre-2 novembre), eux n’interviendraient, dans un premier temps, que lors du Tournoi des six nations à venir (début le 3 février) et la tournée de juin prochain en Nouvelle-Zélande. 

« Entre ces deux périodes internationales, ils réintégreront leur club (sauf Bonnaire, NDLR). Leur avenir à la tête du XV de France dépendra des résultats des Bleus sur les huit prochains matchs (cinq lors du Tournoi et trois en juin) » ajoute Midi-Olympique. 

SUDOUEST.FR